Actualités Nation

Les citoyens confrontés à la mauvaise gestion des sites de rétention d’eau à Lomé

Assainissement et environnement : Inauguration d’un quatrième lac par le Chef de l’Etat

Le 31 mai 2018, les populations de la banlieue Sud-Est de Lomé étaient en liesse. Et pour cause, le Chef de l’Etat, Faure GNASSINGBE, a procédé à l’inauguration du quatrième lac, à Akodessewa. Ce projet qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de l’environnement et du cadre de vie des populations contribuera, un tant soit peu, à réduire le risque d’inondation dans les quartiers situés dans la périphérie Est de la capitale.

Le 4ème lac s’étend sur une superficie de 26 ha avec une capacité de rétention de 300.000 m3 d’eau et est desservi par des caniveaux de drainage d’eaux pluviales provenant des quartiers Akodessewa, Adakpamé, Kagomé, Kanyikopé, Adamavo, Baguida etc. La construction de ce joyau encore à l’étape de finition, aura coûté la bagatelle somme de 28,2 milliards de francs CFA.

Au-delà de l’allégresse qu’a suscité la cérémonie d’inauguration du quatrième lac de Lomé, il importe d’insister sur le rôle qu’ont à jouer les riverains bénéficiaires qui doivent tout mettre en œuvre en vue d’assurer la pérennité de ce bassin artificiel en proscrivant tout acte incivique.

Ce ne sont pas les populations riveraines des lagunes de Nyékonakpoè et de Bè qui nous démentiront d’autant plus que, de temps en temps, elles ont du mal à en côtoyer les rivages, ne serait-ce que pour s’y promener, à cause de la pollution récurrente. Certes, grâce aux efforts des autorités et surtout de l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASAP), ils sont loin les temps où ces bassins artificiels dégageaient, durant des jours, une odeur pestilentielle et insupportable ; mais il n’en demeure pas moins vrai que la pollution des sites de rétention d’eau de Lomé qui ne date pas d’hier, se fait de plus en plus récurrente. Elle atteint souvent son paroxysme pendant la saison sèche et cela est dû au déversement des eaux usées notamment les eaux de ménage, les eaux de puisards et toutes sortes de déchets qui provoquent la désoxygénation qui affecte les lagunes. Le phénomène connait une accentuation en saison sèche et une atténuation en saison pluvieuse.

Toutefois, cette année encore, à l’odeur nauséabonde que dégage la lagune de Nyékonakpoè, vient s’ajouter la prolifération de nénuphars à la surface de la lagune et qui s’étend considérablement sur les caniveaux de drainage. Cette variété de nénuphars, à priori sauvage, dénature l’eau de la lagune en la rendant verdâtre et visqueuse. Leur expansion menace, à long terme et si rien n’est fait, l’équilibre écologique des espèces aquatiques dont la pêche est un moyen de subsistance pour quelques riverains et qui peuvent constituer une véritable source de revenus pour les pisciculteurs.

De temps à autre, on peut voir des agents d’assainissement probablement dépêchés par l’ANASAP et la mairie de Lomé pour palier la prolifération des nénuphars sauvages, ramasser et débarrasser la surface de l’eau de ces plantes. Mais, beaucoup de Loméens conviendront avec nous que ce travail ressemble beaucoup plus à un travail d’amateurs et surtout à un travail de Sisyphe. Cela est vrai d’autant plus que quelques jours à peine après le travail des agents de la mairie qui d’ailleurs ne disposent que de moyens très limités, on voit réapparaitre de plus bel et, tel une hydre, des dizaines, des centaines de pousses de nénuphars qui croissent et s’étendent à une vitesse vertigineuse à la surface de l’eau.

Tout se passe donc comme si la cause du problème réside dans la vase c’est-à-dire que les germes de cette variété aquatique se sont répandus au fur et à mesure au fond de l’eau et s’il faut éradiquer la pullulation des nénuphars sauvages une bonne fois pour toute, des mesures adéquates et adaptées doivent être prises par les autorités concernées. Pourquoi la mairie de Lomé ne recourt-elle pas au Ministère chargé de la protection de l’environnement et au Ministère de la Santé pour lui fournir les solutions et les moyens nécessaires afin de dépolluer les lagunes et autres bassins de rétention d’eau de la capitale affectés par ce phénomène ? Pourquoi des recherches phytosanitaires et des aménagements ne sont pas envisagés pour permettre de redonner un aspect plus attrayant aux sites hydrauliques de Lomé ? Il est temps pour les autorités en charge de l’assainissement urbain de savoir que la réhabilitation de la capitale passe aussi par là.

Dans certains quartiers de Lomé à l’exemple de Nyékonakpoè, Bè-Kpota pour ne citer que ceux-là, la population cohabite avec les déchets liquides. Dans ces quartiers, dans la plupart des cas, on note un sous équipement notoire en infrastructures de gestion des effluents d’assainissement (caniveaux d’évacuation et égouts). De plus, il faut préciser que certains ménages ne se soucient guère de la construction de puisards, ni de puits et déversent, par conséquent, leurs effluents d’assainissement (eaux usées) dans la rue, dans les caniveaux et dans des réseaux d’égout chargés d’évacuer les eaux pluviales qui malheureusement, aboutissent dans un premier temps, dans les lagunes de Nyékonakpoè et de Bè avant de finir dans la mer sans aucune forme de traitement.

Ainsi, faute de véritable politique d’assainissement, la ville de Lomé dans son ensemble présente un environnement assez préoccupant sur le plan de l’hygiène. Bien que certains   ménages disposent d’ouvrages d’assainissement autonomes (latrines traditionnelles, puisards d’eaux usées domestiques, fosses étanches, fosses septiques), c’est surtout au niveau de l’évacuation que se pose le problème.

La production des effluents d’assainissement provient, pour la plupart, des activités de lessive, bain, cuisine, vaisselle. Compte tenu du laisser-aller qui règne dans ce secteur, les boues de vidange parfois sont évacuées par camions aspirateurs qui sont très souvent utilisés dans le centre urbain. Les contenus, dans ce cas, sont déversés directement dans les champs ou dans des espaces libres à proximité des centres d’activités, des concessions et parfois même clandestinement dans les lagunes.

La gestion des effluents d’assainissement ne devrait pas se faire ainsi, car elle constitue une source de pollution des ressources en eau. En effet, les risques sanitaires liés à cette situation ainsi que les nuisances causées par le déversement non contrôlé et sans traitement d’importantes quantités de boues de vidange et eaux usées restent très préoccupants. D’après la Banque Mondiale (1993), dans les pays en développement, 30% de l’ensemble des maladies sont dues à des pratiques à risque en matière d’hygiène.

Il est notoire que la nappe phréatique est relativement peu profonde dans certains quartiers de la vieille ville de Lomé. Cette nappe, si elle n’est pas protégée, peut facilement servir de vecteur de maladies hydriques car certaines études ont montré qu’elle contient par endroit les microbes responsables du choléra, les salmonelles qui causent la fièvre typhoïde, les amibes à l’origine de la dysenterie amibienne et autres microorganismes pathogènes qui se développent rapidement en milieu aquatique. Toutes ces situations représentent une très grave menace pour la santé publique des populations.

Ce serait trop facile si la population d’une part, se contentait d’indexer les autorités de ne pas mettre à leur disposition des moyens leur permettant de profiter des réserves naturelles d’eau et les autorités municipales d’autre part, s’échinent à accuser les riverains qui posent trop souvent des actes inciviques en déversant des ordures, des eaux usées et autres produits toxiques et polluants qui contribuent à la dégradation de l’eau et à la prolifération d’espèces nuisibles qui sont vecteurs de maladies et infections diverses.

C’est pourquoi en matière de protection de l’environnement et précisément des ressources naturelles comme les bassins d’eau, des mesures doivent être prises par les autorités communales et gouvernementales afin de décourager ceux qui polluent les réserves d’eau naturelles comme c’est le cas actuellement de la plage de Lomé.

En ce qui concerne l’accompagnement des initiatives des populations riveraines aspirant à faire des activités visant l’exploitation des lagunes et autres cours d’eau, c’est une autre paire de manches. Néanmoins, il convient de dire qu’il est possible aux citoyens qu’ils soient regroupés en association ou sous forme d’ONG ainsi qu’aux particuliers de soumettre leurs projets à la commune pourvu qu’ils soient porteurs et bénéfiques à tous. D’où notre vœu de voir les élections communales se tenir le plus tôt possible afin de mettre fin au statu quo qui prévaut depuis des décennies parce que ceux qui gèrent les Mairies ne se sentent nullement responsables envers les populations puisqu’ils ne sont pas des élus.

Des études initiées entre-temps par des particuliers qui aspirent à pratiquer la pisciculture dans la lagune de Nyékonakpoè ont révélé que cette eau contient un taux très élevé en plomb, en cuivre, en zinc et en mercure. Cela veut dire que les espèces aquatiques pêchés dans la lagune sont, en réalité, impropres voire toxiques et constituent un véritable danger pour les consommateurs. Il revient aux autorités de vérifier, par eux-mêmes ces résultats pour parer au pire. Car, à défaut d’investir dans la dépollution et l’assainissement des lagunes, la pêche devrait tout simplement y être interdit. Cela aura le mérite de préserver la vie des populations. Pour notre part cela témoigne de la mauvaise foi et d’une négligence envers les citoyens dont la vie est mise en danger.

Dans un tout autre registre, une simple visite à Aflao, une ville ghanéenne située sur le littoral méditerranéen comme notre capitale, suffit pour nous donner un aperçu des multiples avantages que présentent les réserves naturelles hydrauliques si une bonne gestion en est faite. En effet, il nous a été donné de constater qu’au Ghana voisin où se prolonge la même lagune de Lomé négligé et polluée par les Togolais, une gestion efficiente et une exploitation appropriée est faite de ce cours d’eau. Nous n’inventons rien, il faut prendre la peine d’y aller pour constater de visu comment les habitants d’Aflao et de ses environs ont développé la pêche et entretiennent des centaines de sites piscicoles et d’élevage des moules et autres espèces aquatiques dans les eaux de la lagune. Cela témoigne d’une bonne politique de gestion et d’exploitation des ressources naturelles.

En attendant d’en arriver là, les populations des zones desservies par les lagunes doivent être sensibilisées et prendre leurs précautions afin d’éviter d’obstruer les caniveaux et de déverser toutes sortes de déchets dans les bassins artificiels.

Etant donné que l’eau c’est la vie, il est temps qu’au Togo, nous prenions conscience de la richesse que constitue les bassins artificiels et naturels de rétention d’eau et que nous en fassions bon usage pour qu’elle fasse partie des facteurs de notre développement économique.

Les ministres de l’Environnement et de l’Urbanisme et de l’Habitat sont interpellés pour remettre la pendule à l’heure. Car le tout n’est pas d’être Ministre. Il faut marquer positivement son passage à la tête d’un département ministériel.

Julles

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *