Nation

Déficit chronique de patriotisme : les Togolais qui n’aiment pas leur pays se fourvoient

Plaidoyer : Le Togo victime de ses propres fils

Déficit chronique de patriotisme : les Togolais qui n’aiment pas leur pays se fourvoient.

Depuis de nombreuses années, le Togo est devenu une curiosité sur le plan politique. Pas nécessairement parce que tout se passe si mal dans notre pays. Mais tout est lié à la mentalité des Togolais qui manquent totalement et chroniquement de patriotisme. La mentalité de la plupart de nos compatriotes est étrange. On sent que les Togolais font un amalgame terrible entre les dirigeants et leur pays. Quand un Togolais dit qu’il se passe des choses négativement exceptionnelles chez nous, c’est qu’il pense tout d’abord aux dirigeants qu’il voue tous les jours aux gémonies.

Quand on parle du Togo, les détracteurs ne se sentent pas concernés. Ils sont en permanence dans une posture manichéenne et pensent qu’il faut incriminer ceux qui ont la responsabilité de présider aux destinées du pays. C’est là que le bât blesse. Car, le Togo est notre patrimoine commun et nous avons une même communauté de destin. Feu Président KENNEDY des Etats-Unis d’Amérique avait, en son temps, interpellé ses compatriotes pour les inviter à s’interroger sur ce qu’ils font pour leur pays et non sur ce que le pays leur apporte.

Au Togo, en revanche paradoxalement, les citoyens, à la moindre difficulté, se sentent victimes de leur pays. Même s’il se passe des choses pires ailleurs comme la guerre par exemple, ils affirment que le Togo est et reste le pire des pires. Ces genres de considérations tirent le pays vers le bas et, par ricochet, sont très dommageables pour notre image.

Et cette situation est en grande partie le fait des politiciens surtout M. Jean-Pierre FABRE. Cet homme n’est pas sérieux. Il manque dramatiquement de patriotisme. La preuve, ses relations avec le Président de la République.

Si dans le passé, FABRE avait de facto, le statut de chef de file de l’opposition, en raison du nombre des Députés de son parti à l’Assemblée Nationale, depuis qu’il a été consacré chef de file de l’opposition par décret présidentiel, il doit respecter les obligations liées à cette charge. Mais, à quoi assistons-nous ? Il ne rate aucune opportunité pour faire des pieds de nez à Faure GNASSINGBE. Il assume sa mission de façon sélective et boycotte systématiquement  toutes les invitations gouvernementales même celles liées aux commémorations républicaines comme la célébration du 27 Avril, jour de l’Indépendance du Togo. Assister à cette cérémonie, ne signifie pas faire honneur à Faure GNASSINGBE. C’est se soumettre à une obligation républicaine. On voit mal en France ou aux Etats-Unis d’Amérique des opposants refuser d’assister à la cérémonie marquant le 14 juillet pour la France et le 4 juillet pour les Etats-Unis.

En aucun cas, ces genres de célébrations ne doivent faire l’objet d’aucun marchandage. Cette façon de se comporter serait assimilée à un chantage inacceptable et condamnable.

En même temps, il demande de façon cavalière à être reçu en audience par le même Président pour discuter des réformes comme si celui-ci n’a pas d’autres priorités.

Il est temps pour que chacun d’entre nous se ressaisisse et que nous fassions l’effort de mettre les intérêts supérieurs de la Nation au-dessus de nos égoïsmes partisans.

Un tel changement de mentalité contribuera grandement à l’avènement de la démocratie sur la terre de nos aïeux et ne nous fera que du bien.

Nous osons croire que la sonnette d’alarme que nous tirons sera  entendue. En tout état de cause, le changement de mentalité est un passage obligé pour notre salut à tous.

 

Rodrigue

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *