Actualités

EYADEMA, un dictateur à vision éclairée, mais mal compris

Environnement : Hommage posthume

Il est très difficile au Togo de rendre hommage à feu Président EYADEMA parce que son long règne de 38 ans a été dépeint à dessein pendant la Conférence Nationale comme étant le plus terrifiant de l’histoire de notre pays.

Le drame, c’est que jusqu’à présent, les historiens ne se sont pas encore suffisamment appesanti sur les différents volets de son pouvoir et de ses conséquences positives ou négatives.

Dans la foulée du discours de la Baule et à la faveur des Conférences Nationales dans la sous-région, les défoulements populaires suscités dans un climat insurrectionnel général entretenu par les masses populaires, ont eu pour résultat les condamnations tous azimuts et unanimes dans un amalgame général. Le temps de la réflexion avait fait défaut parce que la posture était celle de la vengeance et de la révolution.

Notre rôle, en tant que journaliste, n’est pas de restituer certaines vérités historiques. Nous sommes persuadés que tôt ou tard, des voix plus autorisées se prononceront sur l’héritage politique de tous les dirigeants politiques de notre pays depuis la lutte pour l’indépendance et l’après indépendance. Les faits nous édifieront alors.

Cet exercice permettra, à coup sûr, de séparer le bon grain de l’ivraie en faisant la part des choses.

En l’espèce, nous avons seulement voulu faire une brève rétrospective sur un secteur clé du développement de notre pays. Il s’agit principalement de l’Environnement. Sur ce plan, force est aujourd’hui de constater, honnêteté intellectuelle et morale oblige, que feu EYADEMA avait beaucoup fait pour protéger l’environnement au Togo. Il avait une saine vision de l’avenir.

Il avait toujours été à l’origine des structures idoines pour la préservation de l’environnement. Il avait initié la journée de l’arbre déjà en 1977 et cette journée a survécu à toutes les péripéties jusqu’à nos jours.

Entre temps, il avait carrément divisé en deux le Département du Développement Rural pour créer le Département de l’Aménagement Rural chargé du Développement forestier, de la faune et de la flore. Il avait créé des parcs animaliers et zoologiques etc.

A ce sujet, il faut reconnaître que le zèle de certains de ses Ministres notamment M. Samon KHORTO avait défrayé la chronique parce que les méthodes qu’il avait utilisées étaient inhumaines, impitoyables et parfois tyranniques. Ces méthodes étaient discutables et condamnables, mais elles étaient susceptibles d’amélioration dans l’intérêt général si on s’était donné la peine d’y réfléchir.

Cependant, somme toute, en matière de protection de l’environnement, EYADEMA était un dictateur à vision éclairée. Et il en avait donné la preuve.

De même, dans le domaine du Tourisme et de l’Hôtellerie, il était en avance sur la plupart des pays de la sous-région dans les années 70, 80 et 90. Ses réalisations, à l’époque, ne laissaient aucun doute sur les efforts qu’il avait déployés pour faire du Togo un pays touristique admiré pour tous les visiteurs qui y mettaient les pieds.

Au moment des soulèvements populaires marqués par des violences et des destructions de tous genres, des forêts ont été brulées, rasées, des arbres abattus. Sans discernement, des dévastations ont été organisées pour faire disparaître tout le patrimoine touristique. Et pendant ce temps, les opposants observaient, les bras croisés, sans aucune protestation tous le gâchis orchestré par leurs militants et partisans.

Actuellement, les séquelles de ces dévastations sont encore présentes. Les différents gouvernements qui se sont succédés n’ont pas su prendre le taureau par les cornes pour définir une véritable politique de protection de l’environnement et faire en sorte que le rééquilibrage soit possible.

Dans la réalité présente, le Président de la République doit nécessairement séparer le Ministère de l’Agriculture de celui de l’Elevage. Cela permettra de sauvegarder les terres agricoles menacées par l’élevage intensif des bovins qui provoque des dégradations des terres partout en toute impunité sur le territoire national.

De même, le Ministère de l’Environnement et de la Protection des Ressources Forestières doit être pris en charge par un Ministre technicien expérimenté pour parer aux errements actuels.

Ce Ministère actuellement amorphe doit être redynamisé et doté de moyens appropriés pour assurer sa mission qui, dorénavant, a une dimension planétaire.

Avec la signature de l’Accord COP 21 à Paris et tout ce qui gravite autour, le Togo doit être au rendez-vous de l’histoire.

C’est pourquoi, nous pensons qu’il faut rendre un hommage posthume mérité à feu Président EYADEMA pour sa vision éclairée dans ce domaine. Si seulement il avait été entendu. Si son œuvre avait été sauvegardée et préservée, le Togo serait aujourd’hui plus proche d’un paradis terrestre où il fait bon de vivre. Le phénomène de la désertification serait le cadet de nos soucis.

Rodrigue

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *