Politique

FABRE dans la nasse.

Togo : Politique : Les réformes, un jeu de poker-menteur

 

Depuis de nombreuses années, la problématique des réformes constitutionnelles et institutionnelles est devenue un abcès de fixation pour l’opposition togolaise à bout de souffle et en quête de perspective.

Si les leaders de l’opposition ont choisi cette posture qui consiste à s’accrocher désespérément aux réformes, c’est parce qu’ils croient  que c’est une alternative mobilisatrice. Ils en ont donc fait un abcès de fixation pour pouvoir exister politiquement.

En réalité, depuis 2006, année de la signature de l’Accord Politique Global, beaucoup d’eau a coulé sous le pont :

1°/ On a tenté avec le Gouvernement d’Union Nationale formé par Me Yawovi Madji AGBOYIBO, de mettre lesdites réformes en œuvre selon l’esprit et la lettre de l’Accord. En vain.

En effet, l’UFC originelle, en optant à l’époque pour le boycott du Gouvernement d’Union, a paralysé les actions dudit Gouvernement et n’a pas permis de sauver les meubles.

2°/ Plus tard, on a initié et ouvert plusieurs dialogues pour parvenir aux réformes. En vain.

3°/ De guerre lasse, on a introduit de part  et d’autre un projet de loi puis une proposition de loi pour régler le problème, même si c’est de façon parcellaire. En vain, parce que les protagonistes de la scène politique n’arrivaient jamais à accorder leurs violons.

Aujourd’hui, le pouvoir a choisi d’aller vers les populations pour recueillir leurs avis sur le sujet. Une fois encore et comme toujours, l’opposition proteste et dénonce la démarche du Gouvernement sous des prétextes fallacieux.

Que dire, sinon que tout le monde souhaite les réformes. C’est les approches et la finalité poursuivie qui posent problème.

En tout état de cause, les réformes constitutionnelles et institutionnelles ne vont pas, par baguette magique, changer le quotidien des Togolais.

FABRE, en tant que chef de file de l’opposition, ne propose rien, n’a pas de programme concret, précis pour sortir le pays de l’ornière. Il ne fait que souligner les insuffisances du Gouvernement sans jamais évoquer les succès.

Pour notre part, nous estimons qu’il faut décloisonner l’opposition pour qu’elle parle d’une seule voix. C’est ce que FABRE ne sait pas faire en tant que chef de file. C’est bien dommage. Et c’est cela qui conduit à l’impasse et qui fait qu’il est dans la nasse.

Ce qui se passe aujourd’hui avec la reprise des marches en raison des prochaines échéances électorales, est encore une fuite en avant, un jeu de poker-menteur.

Ce que l’opposition a de mieux à faire c’est de collaborer avec le pouvoir dans l’organisation des futures élections. L’opposition doit faire un marquage serré pour tirer son épingle du jeu le moment venu.

Les mobilisations et les marches tel que vécu dans notre pays est une voie qui conduit droit dans le mur. Nous ne préconisons pas le fatalisme. Mais si la stratégie globale est définie, il faut modeler les tactiques selon la configuration du terrain. Les militaires comprennent mieux cette logique sans laquelle aucune guerre ne saurait être gagnée.

Les opposants pyromanes qui se servent de la haine accumulée pour empêcher toute avancée vers la réconciliation indispensable à l’alternance, se trompent de cible.

Nous avons toujours écrit qu’il existe plusieurs variantes de démocratie. Nous devons réfléchir à ce qui convient le mieux à nos réalités propres. C’est ainsi que nous trouverons une nouvelle trajectoire pour notre pays.

Les politiques doivent se surpasser et transcender leurs divergences pour un saut qualitatif de notre évolution vers la démocratie. Car, la politique c’est l’art du possible. Nous ne le dirons jamais assez.

Nous n’avons pas de préjugés mais nous savons que FABRE manque de fibre patriotique. C’est pourquoi il s’amuse avec le destin de notre pays. La preuve, il est au pied du mur. Il tourne en rond et revient à la case départ : les marches qui avaient déjà montré leur limite. Les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets.

 

Rodrigue

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *