Actualités Politique

La fin de l’utopie politique au Togo

La CEDEAO a indiqué la voie : La boucle est bouclée

Pour une diversité de motivations, des partis politiques se sont retrouvés dans la coalition des 14 et ont posé des exigences hors norme, sans aucun fondement légal. Cette posture extrémiste dénuée de tout socle juridique que ne saurait cautionner aucune organisation régionale ou internationale responsable et sérieuse, a désormais montré ses limites.

La facilitation de la CEDEAO était, pour la coalition, une sorte de bouée de sauvetage dont ils n’ont pas su profiter intelligemment pour redorer leur blason en acceptant un compromis honorable synonyme d’une paix des braves.

En définitive, la soi-disant crise togolaise pompeusement galvaudée s’est avérée une tempête dans un verre d’eau au regard des recommandations de la CEDEAO.

La feuille de route de la conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO a indiqué la voie pour un retour à la normalité. Désormais, la coalition des 14 partis a le bec dans l’eau. Certes, ils ont, au cours d’une conférence de presse, pris acte des recommandations, mais leurs élucubrations relatives aux problèmes de fond restent une sorte de baroud d’honneur qui n’abuse personne. Car, tous les observateurs savent que la boucle est bouclée.

D’ores et déjà, toutes les parties prenantes à la tension politique dans notre pays doivent s’investir pour la mise en œuvre effective des recommandations de la CEDEAO avec un double avantage pour la coalition.

1°/ Le passif de l’Accord politique global sera soldé.

2°/ La décentralisation sera effective avec l’organisation des élections locales et communales et l’opposition en sera la première bénéficiaire si tant est que le peuple est derrière ses responsables.

Au jour d’aujourd’hui, les recommandations de la CEDEAO consacrent la victoire du peuple togolais pour une avancée démocratique.

Il reste que l’opposition, en ce qui la concerne, est face à ses propres turpitudes.

L’idée saugrenue selon laquelle Faure doit prendre l’engagement de ne pas se présenter en 2020 n’a pas fait recette. Par ailleurs, la déstabilisation de Faure en tant que Président de la CEDEAO a lamentablement échoué.

Comme quoi, à l’impossible, nul n’est tenu.

Nous ne devons jamais perdre de vue que la politique, avant et après tout, c’est l’art du possible.

A ce niveau, nous invitons tous les acteurs à agir avec célérité pour obtenir les réformes. Car, pour sortir un pays de la ” crise “, il ne faut pas privilégier le radicalisme lorsque les partis ont des positions antagonistes tranchées. C’est ce que la CEDEAO a compris. Et la CEDEAO, ce n’est pas rien. De même, les manifestations visant des finalités illégales c’est-à-dire anticonstitutionnelles, doivent dorénavant être prohibées dans nos mœurs politiques au nom de la loi. La Justice togolaise doit jouer le rôle de régulation pour ce faire. Il faut sonner le glas à l’utopie politique du Togo.

Rodrigue

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *