Culture

Le gâchis Epé-Ekpé 2016 : Les Guins ont bu le vin jusqu’à la lie

Sacrilège et scandale à Glidji Kpodji, (Deux(2) pierres sacrées le même jour ; du jamais vu)

Le gâchis Epé-Ekpé 2016Décidément, les protagonistes de la scène traditionnelle en pays guin sont allés, contre toute raison, jusqu’au bout de leur logique dichotomique.

A l’allure où vont les choses, les rivalités entre les trois chefs, à savoir : Gue Fiogan Sédégbé FOLI-BEBE XV, Sa majesté Quam Dessou XV et LAWSON-ZANKLI VIII, risquent de faire imploser le peuple guin. Ces trois chefs, malheureusement, sont caractérisés par une intolérance suicidaire. Ni l’un, ni l’autre n’entend faire la moindre concession. Ils sont prêts à déterrer une hache de guerre datant de plus de deux cents ans. Ces trois chefs qui se présentent tous comme des rois dans une République sont, tout compte fait, des minables. Ils ont commis un sacrilège en violant de façon éhontée et scandaleuse un rite ancestral séculaire. Ils ont banni la dignité de leurs sujets et honni la mémoire de leurs ancêtres. Ce dévoiement est à l’origine du spectacle ridicule et révoltant offert le 1er septembre 2016 lors de la prise de deux pierres dites sacrées. Désormais, Guindoua n’a plus « d’Agbo ». Tous ces trois chefs ne méritent pas leur place. Lorsqu’on dit à l’opinion qu’il s’agit d’une rivalité entre deux camps antagonistes (SAKOUMA d’un côté et Maman KOLE de l’autre), c’est un faux problème.

En pays guin, le chef suprême c’est Gue FIOGAN. Aucun prêtre vodou, aussi puissant soit-il, n’est au-dessus de Gue FIOGAN. Nii MANTCHE n’est pas roi des Guins. Ce prêtre vodou est un manipulé, un corrompu qui croit qu’il peut refaire l’histoire du peuple guin à son image et il s’obstine dans sa dérive comme si tout se résume à sa personne.

C’est triste. Malgré les soutiens dont il dispose, il a intérêt à s’éffacer pour le plus grand bien de la communauté guin. Comment peut-on concevoir qu’une fête traditionnelle qui est à sa 354e édition se conclut par un scandale aussi ahurissant ? Lorsque les chefs ne croient plus à leurs traditions, c’est-à-dire à leurs valeurs coutumières, c’est tout le peuple guin qui est trainé dans la boue sans rémission. Les acteurs de cette situation doivent être punis par les divinités guins pour l’exemple. Jamais dans l’histoire, cette situation n’a été possible

Si une pierre est colorée à la couleur de UNIR, cela ne porte pas à conséquence. Ce n’est pas la première fois qu’on a pris une pierre de cette couleur. Tout de même. Vouloir coûte que coûte politiser les traditions est une hérésie. Ceux qui développent un tel argument n’ont rien compris aux enjeux.

Le chef LAWSON est souvent accusé d’avoir orchestré les jets de pierres lancés à Gbatchoumé en 2010. Vrai ou faux, cela ne l’honore guère.

Le chef ADJIGO très riche se croit tout permis et voudrait dominer ses pairs en imposant sa volonté. Il se comporte comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. C’est dommage.

Guè FIOGAN est, selon les observateurs, un narcissique indécrottable. Que faire avec ce trio infernal ? Ces mousquetaires sont devenus les fossoyeurs du peuple guin.

En tout état de cause, ces trois chefs font la honte du peuple guin dans son ensemble. Ils ont violé tous les fondements ancestraux de leur société et piétiné les règles qui régissent leurs divinités. Ainsi, le peuple guin a bu le vin jusqu’à la lie. Quel sacrilège !

En pays guin, tout a été organisé depuis toujours et les rites répondent à des règles précises. On doit pouvoir éviter les incohérences auxquelles nous assistons. Ces incapables ont tout bafoué pour satisfaire leur égo.

Il n’y a jamais eu deux pierres sacrées en une seule édition. Désormais, le peuple guin est souillé et à terre. Les Guins sont devenus la risée de tous les autres peuples du Togo en matière traditionnelle parce qu’ils sont incapables de trouver une solution à leurs divergences internes. La culture du peuple guin autrefois vénérée est désormais dévoyée et bafouée. Que dire sinon que c’est foutu, mais pas définitivement, nous osons le croire.

Que la foudre des ancêtres les frappe. Ce qu’ils ont fait est abominable et donc condamnable. C’est un véritable gâchis, un imbroglio inextricable.

Nous publions ci-dessous pour nos lecteurs, un texte relatant l’origine des divergences entre le chef ADJIGO et le chef LAWSON. A toutes fins utiles. (Source Focus Info)

Rodrigue

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *