Justice

Le HCRRUN devant les populations d’Agoè

Sensibilisation sur le programme de réparations : L’étape de Lomé bat son plein

Le HCRRUN devant les populations d’Agoè

Les membres du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), conduits par Mme AWA-NANA Daboya, présidente de cette institution, étaient face aux populations d’Agoè-Nyivé et ses environs le 23 mai 2017. Cette rencontre d’échanges et d’informations qui s’inscrit dans le cadre de la première phase de la mise en œuvre du programme de réparations s’est déroulée dans les locaux du centre FOPADESC d’Agoè à Lomé.

A l’instar de la préfecture du Golfe sensibilisée pour le compte du grand Lomé le 19 mai dernier, les populations de la préfecture d’Agoè-Nyivé, des localités de Zanguéra, Vakpossito, Légbassito et Togblékopé ont été ciblées par la tournée nationale organisée par le HCRRUN. Cette tournée vise en partie à attirer l’attention des uns et des autres sur le programme de réparations enclenché le 24 mars 2017 qui consiste à l’observation des dommages et intérêts et les propositions d’indemnisation le moment venu.

Après le mot de bienvenue du Préfet du Golfe, le Col. Hodabalo AWATE qui a invité le public au pardon en ces termes « la paix est l’aptitude de vivre avec les autres pour un développement harmonieux et durable », la présidente du HCRRUN a pris la parole pour rappeler de nouveau au public la mission de l’institution qu’elle dirige et le mécanisme de réparation mis en place pour l’apaisement des cœurs notamment la justice transitionnelle. Dans son intervention, Mme Awa NANA-DABOYA s’est appesantie sur la justice transitionnelle qui, selon elle, repose sur quatre piliers à savoir, le droit à la vérité ou le besoin de savoir, le droit à la justice (réparatrice ou pénale), le droit à la réparation et l’obligation d’opérer des réformes institutionnelles pour assurer une garantie de non-répétition. Ses collaborateurs ont, tour à tour, pris le relai pour débattre sur des thématiques relatives aux cinq formes de réparations prévues par la CVJR en l’occurrence les restitutions, l’évaluation pécuniaire, la prise en charge psychologique et médicale, la recherche des disparus et l’ensemble des réformes institutionnelles qui garantissent la non répétition.

La rencontre s’est poursuivie par des questions ponctuées d’échanges entre les membres du HCRRUN et l’assistance. L’occasion a été ainsi donnée aux participants de soulever leurs préoccupations et les zones d’ombre qui entourent la mise en œuvre du processus de réparations. En définitive, toutes les interrogations ont été prises en compte et les équivoques ont  été levées séance tenante.

Le HCRRUN a, avant la fin de la rencontre, procédé à la mise en place du comité de paix œuvrant pour la préfecture d’Agoè-Nyivé tel que préconisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ce comité composé de 14 membres (hommes et femmes) est une entité à caractère traditionnel et coutumier qui va contribuer, avec le HCCRUN, à la vulgarisation et à la dissémination de l’information sur toute l’étendue du territoire. Ce sont les comités de paix qui auront, par exemple, à veiller à l’exécution des cérémonies de purification.  L’organisation de ces cérémonies de purification est conforme à la recommandation 47 de la CVJR qui « invite toutes les confessions religieuses (églises chrétiennes, union musulmane, chefs traditionnels, prêtres traditionnels) à mettre en commun leurs énergies pour « purifier le Togo », faciliter le repos des âmes  des victimes décédées ou disparues, apaiser les cœurs meurtris, et accompagner spirituellement la réconciliation ».

La population d’Agoè-Nyivé qui a fait le déplacement en grand nombre au centre FOPADESC, a accueilli favorablement le message du HCCRUN et a promis cultiver les valeurs de réconciliation, de pardon mutuel et de vivre-ensemble.

L’étape d’Agoè-Nyivé qui vient d’être ainsi bouclée s’ajoute à la tournée de prise de contact et de sensibilisation des populations togolaises entamée depuis le 12 mai dernier par le HCRRUN sur toute l’étendue du territoire national. Trois délégations composées des membres du HCRRUN et de « personnes ressources » ont déjà sillonné l’intérieur du pays notamment la région des Savanes et la région des Plateaux (12 mai), la région de la Kara (16 mai), la région Centrale, la région Maritime-Nord et la région Maritime-Sud (Aného, Vogan, Moyen-Mono). (19 mai).

Avant le démarrage de la phase effective du programme de réparations, cette étape de prise de contact vise surtout à partager le message de paix, de réconciliation et de fraternité véhiculé par le Haut-Commissariat et aussi à expliquer aux victimes des crises sociopolitiques, le processus mis en place pour les réparations attendues.

C’est le lieu de rappeler que le programme de réparations est une recommandation de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR), institution préconisée par l’Accord Politique Global (APG) signé le 20 août 2006 entre les acteurs de la vie sociopolitique du Togo, en ses points 2.2.2 et 2.4 pour faire la lumière sur les actes de violences commis par le passé. Ainsi, à la fin de ses travaux, la CVJR a fait 68 recommandations dont la recommandation 34 qui statue sur le programme de réparations. Toutefois, toute victime qui s’estime non satisfaite a le droit de recourir à des juridictions compétentes en la matière.

 

Julles

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *