Politique

Le jeu de poker-menteur entre FABRE et ATCHADAM

 

Gabegie politique au Togo : L’alliance contre nature ANC-PNP pose problème.

Existe-t-il un fil d’Ariane entre FABRE et ATCHADAM ? La réponse évidemment est non, parce que les deux hommes sont totalement dissemblables. Leurs parcours respectifs sont incompatibles. Et, en aucun cas, cette alliance n’aboutira à aucun résultat positif.

1°/ Jean-Pierre FABRE est un Franco-togolais arrivé à la politique par la force des choses. Il n’a aucune base locale solide et ne saurait prétendre à un ancrage  dans une  quelconque localité. Pendant de nombreuses années, il a été un lieutenant écouté de Gilchrist OLYMPIO qui était très populaire à cause de l’aura de son père assassiné et considéré comme un martyr adulé. A ce niveau, FABRE n’était rien. Il n’était que le chef des exécutants qui n’est en rien comparable au vrai chef.

Avec la rupture brutale entre le chef et le valet, on était fondé de parler d’un parricide. Mais la majorité des militants de l’UFC, orphelins, ont considéré que Gilchrist OLYMPIO était un traitre et se sont désespérément accrochés à FABRE, faute de mieux, parce que ce dernier, somme toute, trainait beaucoup de casseroles en raison des choix erronés de sa vision aventureuse.

2°/ Tikpi ATCHADAM était jusqu’à un passé récent, un mémorable inconnu. Il est venu à la politique en sortant de nulle part pour créer son parti le PNP.

En revanche, il a un atout non négligeable. Il est issu d’une ethnie souvent qualifiée par les observateurs de grégaire. En effet, les Tems sont toujours solidaires et ne reculent pas devant l’adversité. Ils sont animés d’un esprit guerrier et aiment l’affrontement. On peut donc dire que la mobilisation des Kotokoli en faveur de M. ATCHADAM peut faire la différence parce que le président du PNP a une base locale en béton. Mieux, il est jeune et suscite l’espoir. Avec son style et son approche politique, nous assistons à un phénomène nouveau qu’il faut pourtant savoir décrypter intelligemment avant d’aller trop vite en besogne.

Le Général de GAULLE avait dit : « En politique comme à la guerre, il faut faire croire à l’adversaire que l’on est là où on n’est pas ».

Tikpi ATCHADAM est partisan de cette stratégie. La preuve : il déclare à qui veut l’entendre qu’il ne veut pas le pouvoir et qu’il a organisé les manifestations pour obtenir : le retour à la Constitution de 1992, le vote de la diaspora et en dernier ressort, la révision du cadre électoral.

Parallèlement, il fait l’apologie de la violence tout en prônant le pacifisme. Et sa démarche tend à remettre insidieusement en cause la paix et la stabilité au Togo.

Il cherche à réinventer la crise pour exister en armant les esprits. Il est, par conséquent, adepte de la stratégie de la terreur sans le paraître. Il se livre à un réquisitoire en règle contre la gouvernance de Faure. Il fait partie des Togolais qui mènent campagne contre leur propre pays sur les réseaux sociaux dans le but évident de déstabiliser le pouvoir.

Ce qu’il ignore, c’est la peur des Togolais pour des lendemains mouvementés et incertains. Car, quand l’opposition incarnée par FABRE veut récrire l’histoire du Togo dans le sang, c’est l’impasse qui a prévalu.

La calomnie et les mensonges, c’est l’impossible, car, le temps passe et l’histoire reste.

Quant à FABRE, il ne cache jamais que sa finalité, c’est de mettre un terme au régime Faure en usant de la mobilisation populaire tous azimuts.

Sur ce point, nous disons que ce sont les imbéciles qui ne changent point.

En effet, tout a commencé le 05 octobre 1990 par des actions violentes à travers des manifestations populaires soigneusement préparées en sous-main.

Pendant de nombreuses années, la clique à GNININVI d’abord et à FABRE ensuite ont usé et abusé des manifestations populaires pour éjecter EYADEMA du pouvoir. En vain.

Il est vrai que pendant un temps, EYADEMA avait été sérieusement ébranlé, mais il s’était vite repris et avait conservé le pouvoir jusqu’à sa mort. Cela veut dire qu’en politique, pour parvenir à la démocratie, la mobilisation populaire seule ne suffit pas. Il faut savoir gérer convenablement les atouts et surtout ne pas sous-estimer l’adversaire.

Avec Faure GNASSINGBE, FABRE est en face d’un adversaire autrement plus coriace devant lequel il ne pèse pas lourd. A quoi servent les manifestations si elles n’aboutissent à rien ? Sinon à la lassitude. Il faut aussi et surtout compter avec l’intelligence des Togolais et ne jamais oublier que les peuples sont versatiles. FABRE est usé et tout porte à croire qu’il est incapable d’innovation. Son alliance contre nature avec Tikpi ATCHADAM est une tentative flagrante et minable de récupération si l’on se réfère à ses déclarations au moment de la création du PNP.

On n’a jamais vu un Togolais plus hostile à son propre pays que FABRE qui garde ses enfants en toute sécurité en France tout en lançant des appels aux élèves et aux étudiants de descendre dans la rue pour soutenir sa politique négationniste. Nous revenons à Tikpi ATCHADAM pour poser la question suivante : le président du PNP, est-il un génie politique ou un aventurier puisqu’il prêche le chaud et le froid, le faux et le vrai. Il doit faire attention à l’effet de foule pour ne pas s’en saouler, car souvent, on peut se faire l’illusion sans le savoir.

Nous sommes aujourd’hui en présence d’une évolution paradoxale.

L’opposition traditionnellement et profondément divisée, tente, vaille que vaille, de renaître de ses cendres en faisant de la violence verbale son cheval de bataille pour faire verser le sang des Togolais et attirer l’attention de la Communauté internationale.

Le bon sens et la maturité des Togolais ont déjà triomphé de la dérive démagogique et populiste d’une opposition en mal de sensation forte.

Tikpi ATCHADAM est venu trop tard dans un monde trop vieux. Il doit savoir raison garder. Autrement, c’est l’aventure avec son effet boomerang.

Appeler, par les temps qui courent, à des manifestations à répétition est une plaisanterie de mauvais goût.

Appeler à des journées « ville morte » est la preuve que l’opposition n’a rien de mieux à proposer. Il s’agit d’un galvaudage suicidaire et inutile.

Plus de 70% des Togolais sont dans l’informel. Leur demander de ne pas travailler et de rester chez eux équivaut à les condamner à l’oisiveté mère de tous les vices parce qu’ils tirent leur substance de leur travail quotidien.

Tikpi ATCHADAM a réussi une mobilisation populaire à relent tribaliste. La suite risque d’être décevante. Il vaut mieux approfondir la réflexion et trouver des recettes susceptibles de permettre une avancée durable pour faire du Togo l’or de l’humanité.

 

Rodrigue

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *