Nation

Pour une fois, la Justice togolaise a fait diligence et dévoilé la face cachée de l’iceberg.

Procès des militants du PNP

Après les manifestations émaillées de violences organisées par le PNP le 19 août 2017, la Justice a dit son mot et le couperet est tombé.

En effet, suite à ces manifestations, le Parti National Panafricain était comme sur les nuages et ne faisait que dénoncer ce qu’ils appellent la répression barbare des forces de sécurité.

L’euphorie était à son comble parce que le but visé par le président du PNP, M. Tikpi ATCHADAM, était manifestement de faire couler le sang en allant à l’affrontement avec les forces de l’ordre pour frapper l’imagination.

Il est notoire que la communauté internationale ne se tourne que vers le pays où il y a morts d’hommes après une manifestation politique. C’est pourquoi, M. ATCHADAM n’a pas hésité très tôt à annoncer sept (7) tués pour émouvoir.

Cette fois-ci, la Justice a réagi promptement et les militants arrêtés en flagrant délit de violences ont été sanctionnés pour couper court à toutes les spéculations. Ainsi, ceux qui ont été déclarés coupables ont écopé des peines d’emprisonnement fermes ou assorties de sursis. A Lomé, sur les 27 prévenus, 15 ont été condamnés à 12 mois de prison dont 7 avec sursis. Les 12 autres ont été relaxés pour insuffisance de preuve. Le Docteur Sama Kossi, Secrétaire Général du PNP, a écopé de 18 mois de prison dont 9 avec sursis.

En faisant diligence, la Justice est dans son rôle parce que le Togo se veut un pays de droit. Mais, la grande curiosité de ce procès c’est que tous ceux qui ont été inculpés, jugés et condamnés ont majoritairement (95%) des noms à consonance Kotokoli. C’est très significatif.

Qui a dit que Tikpi ATCHADAM a réuni le peuple togolais pour manifester ?

La preuve est désormais faite que ceux qui ont brillé par les attaques contre les forces de l’ordre sont de l’ethnie du tribun ATCHADAM.

En jouant le rôle qui est le sien, la Justice a dévoilé indirectement et sans le vouloir, la face cachée de l’iceberg. Maintenant, chacun doit savoir à quoi s’en tenir. Il ne fait plus de doute que les manifestants du PNP sont majoritairement des Tems.

Une manifes-tation populaire ne doit pas servir d’alibi à la violence gratuite ou aux luttes tribales.

Désormais, chacun doit se gérer lorsqu’il veut manifester et qu’il est dans la rue. Car, celui qui te conseille d’acheter une vache gourmande ne t’aidera pas à la nourrir.

 

C.P.

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *