Actualités

La TYRANNIE de RFI

Ombre et Lumière : Le Togo dans la ligne de mire

Nous savons que le Togo, comme plusieurs autres pays appartenant au précarré français, a souvent été soumis à de fortes pressions médiatiques dans le but évident d’orienter, dans un sens voulu, la présentation de l’actualité politique, sociale et économique sur place.

RFI, nous le savons également avec certitude, a toujours hébergé en son sein, (Département Afrique), un laboratoire de déstabilisation de certains pays en ligne de mire comme c’est le cas pour le Togo en cette période électorale délicate.

Pour tout observateur avisé, il est manifestement notoire que RFI œuvre au quotidien, pour des raisons parfois inavouables, pour mettre le Togo à la une de ses journaux Afrique sans que rien n’exige a priori cette position de vedette.

Le plus bouleversant, c’est que le griot local s’ingénie à faire en sorte que les animateurs de la C14 puissent exprimer à tour de rôle et de façon récurrente la même préoccupation à savoir : vous avez dit que les élections du 20 décembre 2018 n’auront pas lieu. Que comptez-vous faire ?

(C’est la question rituelle). La réponse a toujours été la même : « les élections n’auront pas lieu le 20 décembre. Nous ferons tout pour empêcher l’organisation de ce scrutin. Point. »

Le lendemain, on revient à la charge avec la même question et on récolte la même réponse. Et on relance toujours les jours suivants. Le manège, finalement, devient lassant voire ridicule. Pourvu qu’on prouve que quelqu’un sur le terrain a parlé. Ça suffit pour justifier la démarche.

Ce que nous tenons à dire est très connu. Dans son livre publié sous le titre, la TYRANNIE de la communication qui nous a inspirés, Ignacio RAMONET écrit ce qui suit : « Alors que semblent triompher la démocratie et la liberté dans une planète largement débarrassée des régimes autoritaires, les censures et les manipulations, sous des aspects divers, font un paradoxal retour en force. De nouveaux et séduisants « opinions des masses » proposent une sorte de « meilleur des mondes », distraient les citoyens et les détournent de l’action civique. Dans ce nouvel âge de l’aliénation, à l’heure de la World culture, d’Internet et de la « télévision-réalité », les technologies de la communication jouent, comme jamais, un rôle idéologique central : plus on communiquera, nous dit-on, plus notre société sera harmonieuse, plus grand sera notre bonheur. S’imposant comme l’obligation absolue, inondant tous les aspects de la vie sociale, politique, économique et culturelle, la communication exerce déjà sa tyrannie ».

Le phénomène est justement incarné par RFI qui n’hésite pas à peser sur les citoyens des pays choisis pour atteindre une finalité perverse qui lui est assignée et qui ne vise que des intérêts plutôt obscurs.

RFI, dans son rôle de déstabilisation et d’instrumentalisation de nos populations, excelle. Nous lui tirons chapeau parce que la station mondiale s’en tire plutôt bien.

Il appartient aux Africains eux-mêmes de se ressaisir et de savoir que RFI est une radio coloniale au service d’une cause qui n’est pas la nôtre. Homme, connais-toi toi-même avait dit SOCRATE.

Rodrigue

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *