Actualités Politique

LE GOUVERNEMENT ANNONCE LA COULEUR

Dans le vif du sujet : La classe politique en ordre de bataille

La semaine dernière, le Comité de suivi chargé de veiller à la mise en œuvre effective de la feuille de route de la CEDEAO a été délocalisé. C’est ainsi que les protagonistes de la scène politique togolaise se sont retrouvés à Conakry en Guinée autour du Président Alpha CONDE.

Contrairement à ce qu’on a toujours connu au Togo, rien n’a filtré des discussions. Mieux, le relevé des conclusions n’a même pas été publié par le Comité de suivi. Néanmoins, on a constaté une accélération dans la mise en œuvre des décisions prises. Nous avons compris qu’il s’agit là d’une précaution prise pour éviter des polémiques inutiles susceptibles de constituer un frein.

Et chacun s’interroge à juste titre. Surtout, les médias privés togolais n’ont rien compris parce que, autour de ce dossier, règne dorénavant un flou diplomatique qui est le propre des grandes négociations.

Dès leur retour au pays, les membres de la délégation du pouvoir ont dû faire leur compte rendu et le Gouvernement est passé immédiatement à l’acte en prenant, à un rythme accéléré, toutes les décisions idoines à savoir :

1°/ deux conseils des Ministres consécutifs le jeudi 08 et le vendredi 09/11/2018 pour appliquer la feuille de route de la CEDEAO.

2°/ La CENI, pour sa part, vient de décider la prorogation du recensement pour permettre à ceux qui, pour des raisons diverses, n’ont pas pu se faire recenser, comme cela se devait, de se rattraper.

Somme toute, le Gouvernement est en train de remplir sa part de mission. Si consensus il doit y avoir, il appartient désormais à la coalition d’apporter la preuve. Et ainsi, nous ferons l’économie du referendum avec toutes les implications financières que cela devra engendrer.

Nous faisons confiance à la classe politique dans son ensemble pour permettre à notre pays de sortir de ce mauvais pas.

Aujourd’hui, nous sommes fondés de croire que la balle est dans le camp de la coalition.

Il serait donc  inapproprié de rejeter d’ores et déjà la date du 20 Décembre 2018 décidée par la CEDEAO.

Nous devons tous nous mettre à la tâche et avec l’accompagnement de la CEDEAO, nous sommes sûr de voir le bout du tunnel parce que, au finish, le point sera fait.

Le reste, tout le reste, ne sera que démagogie et populisme préjudiciable à notre pays.

Rodrigue

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *