Actualités

La Lettre du Continent, laboratoire de mensonges

Quand un confrère suscite notre intérêt

Le Togo est un petit coin de l’Afrique de l’Ouest dont l’histoire a toujours aiguisé l’appétit des médias en France parce que c’est une proie facile. En effet, il est très constant que des journaux écrivent n’importe quoi sur notre pays sans courir le moindre risque de démenti même s’il s’agit des affabulations.

A preuve, dans sa parution N° 763 du 25 octobre 2017, la Lettre du Continent, dans un papier fourre-tout, sans aucun fond de vérité, a publié un article sur le Togo, sous le titre : « MEDIATION, INFORMATION, REPRESSION, le Billard à trois bandes de Faure GNASSINGBE », malheureusement repris abondamment sur les réseaux sociaux.

Entre autres, il avait affirmé que l’Avocat Pacôme ADJROUROUVI a rejoint, au passage, ses confrères Maîtres Coffi AQUEREBURU et Martial AKAKPO pour assurer la défense des sociétés publiques togolaises. Ce qui est faux, archifaux.

Une telle allégation est la preuve formelle que La lettre du Continent est devenue un vecteur de mensonges dans le but évident de nuire.

D’abord, si Pacôme ADJROUROUVI est nommé conseiller spécial de la Présidence de la République, comment peut-il en même temps défendre les intérêts des sociétés publiques togolaises ?

La Lettre du Continent peut-elle prétendre ignorer l’incompatibilité fonctionnelle entre la profession d’avocat et l’exercice de fonction publique de conseiller du Chef de l’Etat ? La question se pose.

Pour notre part, nous sommes curieux de savoir dans quel but la Lettre du Continent se contente-t-il de citer uniquement Me Coffi AQUEREBURU comme défenseur des sociétés publiques togolaises en omettant Me TCHALIM Tchitchao, N’DJELLE Ably Edah, DANDAKOU Patrice, BATAKA Wlè-Mbanéwar qui assurent au quotidien la défense des sociétés d’Etat.

Quant à Me Martial AKAKPO, nous savons aussi que, dans un passé récent, La lettre du Continent l’a confondu avec Me AQUEREBURU. En effet, il y a quelques années, la Lettre du Continent avait écrit faussement que Me Martial AKAKPO représentait le cabinet AQUEREBURU en France à Neuilly-Sur-Seine.

D’après nos informations, Me AKAKPO mécontent avait dû menacer de procès en France la Lettre du Continent avant qu’elle n’ait accepté de démentir les propos mensongers après plusieurs mois de résistance.

Il est donc patent que la Lettre du Continent se croyant en territoire conquis au Togo, se livre à toutes sortes de manipulation de l’opinion pour déstabiliser le régime en place.

Nous ne saurons dire actuellement la finalité réelle poursuivie à travers cette entreprise de désinformation avérée.

En conclusion, un seul conseil pour les abonnés de cette Lettre : réfléchissez deux fois avant de renouveler vos commandes. Autrement, on vous servira des plats indigestes.

C.P.

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *