Actualités Nation Politique

L’opposition togolaise est incorrigible

Le Togo comme il va

Notre confrère Togo-Presse, dans sa parution N° 10403 du 30 Octobre 2018, a publié une mise en garde du Ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Pour les besoins de la cause, nous reprenons ladite mise en garde pour nos lecteurs. En voici la teneur :

Mise en garde du Ministre de la Sécurité et de la Protection civile

Depuis quelques jours, circule sur les réseaux sociaux une vidéo montrant un individu cagoulé portant un Kalachnikov dans ses mains et quatre (4) grenades sur son gilet.

Cet individu qui parle Ewé a, non seulement déclaré qu’avant les élections prochaines sous la présidence de son Excellence, le Chef de l’Etat, il y aura des attaques à mains armées mais aussi, s’est permis d’apprendre le maniement des armes et des grenades aux paisibles populations togolaises.

Par ailleurs, il a affirmé que lesdites armes et grenades sont déjà à sa disposition et seront déversées dans le pays pour qui veut les utiliser pour chasser l’actuel régime qui est démocratiquement élu par le peuple togolais.

Ces faits qui sont d’une autre époque car contraires aux vœux de la communauté régionale, africaine et internationale, doivent être découragés par l’application rigoureuse des dispositions des articles 663 et suivants du Nouveau Code pénal togolais.

L’article 663 du Nouveau Code Pénal togolais dispose que : « Toute personne qui commandite ou organise des actions visant à déstabiliser, mettre en péril ou supprimer les institutions de la République togolaise, notamment en incitant la population ou les forces armées à s’armer ou à se soulever contre l’autorité de l’Etat togolais est punie d’une peine de vingt (20) à trente (30) ans de réclusion criminelle, ou du maximum de la réclusion criminelle à temps lorsque les actes ont été commis par une personne dépositaire de l’autorité publique.

Toute personne qui participe sciemment aux actions visées à l’alinéa précédent est punie d’une peine d’emprisonnement de trois (03) à cinq (05) ans.

Toute personne qui arme, recrute, utilise, finance, équipe ou instruit des mercenaires aux fins visées à l’alinéa précédent est punie d’une peine de vingt (20) à trente (30) ans de réclusion criminelle.

Aux termes de l’article 664 du Nouveau Code Pénal togolais, « Constitue un complot contre la sécurité intérieure de l’Etat, la résolution arrêtée entre plusieurs personnes en vue de commettre les faits visés à l’article précédent lorsque cette résolution est concrétisée par un ou plusieurs actes matériels tendant à la planification ou l’organisation du complot.

Le complot est puni d’une peine de vingt (20) ans de réclusion criminelle. La peine est portée au maximum de la réclusion criminelle à temps lorsqu’il est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique ».

Selon l’article 665 du Nouveau Code pénal togolais, « Toute personne qui publie, diffuse ou reproduit, par quelque moyen que ce soit, des nouvelles fausses aux fins visées à l’articles 663 et toute personne qui refuse d’opérer le retrait immédiat de ces informations ou d’en rendre l’accès impossible est punie d’une peine d’emprisonnement d’un (01) à trois (03) ans. »

Quant à l’article 666 du Nouveau Code Pénal togolais, « Toute personne qui commandite ou organise des actions visant à armer ou à fournir des armes à la population togolaise ou commandite ou organise des actions en bande à force ouverte dans le but d’inciter à la guerre civile ou de provoquer le massacre est punie du maximum de la réclusion criminelle à temps ».

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que l’appel de l’individu en cause tendant à faire soulever les populations togolaises en mettant à leur disposition des armes et des grenades est hautement répréhensible et tombe sous le coup des dispositions sus-visées.

Ainsi, le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile met en garde ledit individu et toute personne qui tenterait de le suivre dans ses dérives car, des dispositions sont déjà prises en vue de le localiser ainsi que ses compères qui n’arriveront jamais à assouvir leurs ambitions irréalistes.

Le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile rappelle aux populations togolaises que rien ne peut se faire à leur détriment et que ce n’est que dans leur intérêt que les élections sont programmées pour que les institutions soient renouvelées dans notre pays le Togo que nous devons bâtir ensemble.

 

Gal de Brigade Damehane YARK

Le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile

Commentaire : Nous constatons, malheureusement, que la politique dans notre pays ne connaît pas d’évolution notable.

Déjà, dans les années 90, la rédaction du Combat du Peuple avait été contactée par l’opposition de l’époque qui ne diffère guère de celle d’aujourd’hui pour la même démarche.

Nous avions alors répercuté les menaces proférées dans un article intitulé : « L’officier sans nom ».

En effet, ce fameux officier sans nom menaçait de former les Togolais au maniement des armes, de leur fournir des armes pour combattre et renverser la dictature au Togo.

C’est le lieu de souligner qu’il s’agissait de fanfaronnades inutiles, puisque depuis, rien n’a suivi. Car, lorsque des hommes armés veulent attaquer un pouvoir, ils n’ont pas besoin de proclamer sur les réseaux sociaux qu’ils ont l’intention de passer à l’acte.

Nous avons la possibilité de régler nos problèmes pacifiquement. Ceux qui se livrent à de telles manœuvres hier comme aujourd’hui, sont des démagogues impénitents et antipatriotiques.

Notre pays n’a pas besoin d’un conflit armé pour régler ses problèmes politiques.

Ceux qui sont à l’extérieur et qui se livrent à ces genres de diversion sont des farfelus incapables de comprendre qu’ils font du tort à notre pays, notre patrimoine commun.

Au Combat du Peuple, nous sommes vaccinés contre ces genres de manipulation. C’est pourquoi nous pensons qu’il faut dénoncer ces agissements des irresponsables égarés.

C.P.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *