Justice

M. POYODE, Procureur de la République de Lomé, assis sur un banc pas très honorable.

La Justice en question : Quand un acte d’un magistrat interpelle la presse

  1. POYODE, Procureur de la République de Lomé, assis sur un banc pas très honorable.

La Direction du Combat du Peuple vient d’être informée par les plaignants dans une affaire d’abus de confiance, de vol aggravé et de détournement d’actifs portant sur une somme d’un peu plus d’un milliard trois cent millions de frs CFA, du caractère inquiétant d’une libération de prévenu dans des conditions douteuses.

En effet, il s’agit des moyens mis en œuvre par M. MIEZAN Niamké, un Ivoirien résidant au Togo qui a été mandaté par la Société QxQ Control Services UK, société de droit anglais ayant son siège en Grande Bretagne, aux fins de représenter ladite société en sa qualité de gérant de sa succursale au Togo, pour gruger son mandant.

Il se trouve que le mandataire, alors qu’il occupait ses fonctions de gérant, a créé, pour des raisons propres à lui, une société parallèle avec la même dénomination sociale, avec pour seule finalité de semer la confusion dans les esprits et de se livrer à des malversations désormais matérialisées et constatées.

Cette affaire rocambolesque nous rappelle douloureusement celle du détournement d’actifs opérés par M. DUPUYDAUBY sur la Société BOLLORE au Togo. Un dossier qui avait entretemps défrayé la chronique chez nous et qui a connu la conclusion heureuse que tout le monde sait.

C’est le lieu de préciser que les alchimies de M. MIEZAN lui ont permis de faire main basse sur une somme provisoirement estimée à 1.300.000.000 Frs au détriment de son mandant, la Société QxQ Control Services UK. Voilà, à grands traits, pour les faits.

Face à ce cas délictuel avéré astucieusement organisé et à dessein par le mandataire, une plainte fut déposée en bonne et due forme au parquet de Lomé qui a délivré un soit transmis.

Cependant, il n’a pas été facile d’arrêter le mis en cause. C’était la croix et la bannière. Et c’est après plusieurs tentatives infructueuses que M. MIEZAN, au bout d’un mois d’escapades, a été arrêté par les éléments de la Police Judiciaire.

Malheureusement, une fois déféré au Parquet de Lomé, M. MIEZAN fut remis en liberté inexplicablement, au bout de quelques heures . Cet élargissement lui a permis de se livrer ensuite à d’autres voies de fait pour dissimuler les preuves et narguer ses mandants.

Nous savons tous que le Procureur de la République a le pouvoir de libérer qui il veut, quand il veut, comme il veut. Mais en l’espèce, compte tenu de la gravité des faits, cette libération pose problème et interpelle la presse parce qu’elle porte préjudice au plaignant. Surtout que le mis en cause n’est pas un  Togolais et pouvait, à tout moment, prendre la poudre d’escampette.

Sans aller jusqu’à accuser le Procureur POYODE d’une quelconque complaisance, nous nous posons des questions sur l’acte troublant qu’il a posé. Et qui quel qu’en soit le caractère légal ou légitime, reste critiquable.

La presse a un rôle à jouer dans notre société. Et nous estimons que nous n’outrepassons pas notre mission en mettant ce dossier sur la place publique pour que la lumière soit faite sur les tenants et les aboutissants de cette libération cavalière inattendue. A défaut, nous sommes fondés de dire que le Procureur POYODE est assis sur un banc pas très honorable parce qu’il se serait rendu suspect aux yeux de l’opinion.

 

Rodrigue

 

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *