Actualités Politique

Les médias et la société civile outillés sur l’ordre d’opération de la FOSE 2018

Législatives 2018 : La sécurité au centre des préoccupations liées au processus électoral

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile a organisé, le 30 novembre 2018 à Lomé, une rencontre d’informations et d’échanges des commandants régionaux et préfectoraux de la « Force Sécurité Élections 2018 » (FOSE 2018) avec les Organisations de la Société civile et les médias. Le but visé par cette rencontre est de présenter à la presse et aux associations œuvrant pour la défense des droits de l’Homme c’est-à-dire la société civile, l’ordre d’opération de la FOSE 2018.

Après l’introduction de circonstance et le mot de bienvenue du président de la CENI, le Prof. KADANGA Kodjona, qui a salué l’existence d’un point focal du ministère de la Sécurité au sein de l’institution qu’il dirige, le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Gal YARK Damehane a pris la parole pour procéder à l’ouverture de la rencontre d’échanges.

Abordant l’ordre d’opération de la FOSE 2018, le Commandant de la FOSE, le Commissaire divisionnaire Têko Mawuli KOUDOUOVOH, a, dans un premier temps, situé le contexte particulier dans lequel se déroule le processus électoral des législatives du 20 décembre 2018. « Ces élections se préparent dans une situation empreinte de revendications sociopolitiques. Certains partis regroupés au sein de la coalition ont opté pour le boycott. Dans ces moments de crise sociopolitique que traverse le pays, certains regroupements d’hommes et de partis politiques pourraient chercher à s’opposer à la tenue de ces élections. Par ailleurs, certains individus mal intentionnés peuvent perturber le bon déroulement des différentes phases du processus par des actes de vandalisme et de violences de tous genres sur l’ensemble du territoire national. Notre mission est donc de garantir le bon déroulement du processus avant, pendant et après le scrutin législatif en assurant la liberté de circulation des personnes et des biens. » Il a poursuivi en annonçant que « du 2 au 22 décembre, la FOSE 2018 va assurer la sécurisation de la campagne électorale et du scrutin. Dans ce cadre, nous allons veiller à la protection des sièges de la CENI et des CELI, le personnel des centres et des bureaux de vote. Notre mission consiste également à patrouiller aux côtés des populations afin de les rassurer et nous opposer à toutes les actions qui pourraient nuire au processus électoral. »

La FOSE 2018 est composée de 8.000 hommes et femmes dont 4.000 gendarmes et 4.000 policiers qui ont été instruits de ne pas faire usage de leurs armes sauf en cas de légitime défense. Les agents de ce corps sont également appelés à faire preuve de fermeté, de courtoisie et de disponibilité et surtout de garder leur calme quelles que soient les circonstances. En tout état de cause, ils ont été suffisamment outillés pour observer une neutralité absolue et faciliter le travail des missions d’observation qui seront déployées sur le terrain ainsi que les interventions de la Croix rouge.

A la suite de cette présentation, s’en est suivie une séance de questions-réponses entre les participants et le Commandant de la FOSE 2018. Le Ministre de la Sécurité et la Secrétaire d’État chargée des Droits de l’Homme, Mme NAKPA Polo, sont intervenus en renfort pour éclairer la lanterne des journalistes et des organisations de la société civile invités pour la circonstance.

Les débats ont été, somme toute, fructueux, francs et sans langue de bois. Des brochures relatives à la FOSE 2018 déjà élaborés seront distribuées, dans les jours à venir, aux responsables des associations de presse et de la société civile pour d’amples informations.

Pour permettre aux uns et aux autres, de mesurer l’enjeu réel et la portée de la mission assignée à la Force Sécurité Elections 2018, nous reprenons le discours d’ouverture de l’atelier d’informations et d’échanges prononcé par le Gal YARK Damehane.

Lecture.

C.P

Discours d’ouverture du Ministre de la Sécurité et de la Protection civile

« Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

            Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ;

Excellence, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations Internationales ;

Monsieur le Secrétaire Général du ministère de la Défense et des Anciens Combattants ;

Monsieur le Secrétaire général du Ministre de l’Administration Territoriale de la décentralisation et des collectivités ;

Monsieur le Commandant de la Force Sécurité Elections (FOSE) 2018 ;

Monsieur le Préfet du Golfe ;

Messieurs les Chefs d’Etat-Major, Directeurs Généraux et Chefs de Corps ;

Mesdames et Messieurs les Experts de la CEDEAO ;

Messieurs les cadres des Forces de Défenses et de Sécurité ;

Mesdames et Messieurs les Commandants régionaux et préfectoraux de la Force de Sécurité Elections (FOSE) 2018 ;

Mesdames et Messieurs les présidents des Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) ;

Mesdames et Messieurs, les représentants des formations et partis politiques ;

Mesdames et Messieurs les journalistes et autres professionnels des médias ;

Mesdames et Messieurs les journalistes et autres professionnels des médias ;

Mesdames et Messieurs les représentants des organisations de la société civile ;

Mesdames et Messieurs les représentants des organisations de défense des droits de l’Homme ;

Autorités administratives, politiques et religieuses ;

Vénérés Chefs Traditionnels, garants de nos us et coutumes ;

Distingués invités, en vos rangs et qualités respectifs, tout protocole observé ;

Mesdames et Messieurs.

Je voudrais, à l’entame de mes propos, saisir l’occasion que m’offre la présente rencontre pour témoigner ma profonde gratitude et mes sincères remerciements à Monsieur le Président de la République, Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE qui, de tout temps, fait du professionnalisme et de l’efficacité de nos forces de sécurité un axe majeur de son programme de société pour le bien de nos populations.

Je voudrais également joindre ma voix à celle du Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante pour vous souhaiter la cordiale bienvenue à cette session de présentation de l’ordre d’opération de la Force Sécurité Elections (FOSE) 2018 et vous remercie très sincèrement d’avoir répondu à notre invitation malgré vos calendriers chargés, surtout en cette fin d’année.

Je tiens aussi à remercier l’ensemble du Gouvernement pour toutes les initiatives transversales engagées par tous les départements, chacun dans son domaine, pour permettre à la Force Sécurité Elections 2018 de voir le jour, grandir et atteindre le niveau de maturité que nous allons découvrir dans quelques minutes.

Je voudrais, par ailleurs, exprimer toute ma reconnaissance et ma gratitude aux partenaires en développement, notamment le Programme des Nations Unies pour le Développement pour ses précieux contributions et accompagnements dans toutes les phases de préparation et de formation des femmes et hommes qui composent la FOSE 2018. Il en est de même pour Fondation Hanns Seidel dont l’appui nous a permis d’organiser deux ateliers régionaux de formation des commandants régionaux et préfectoraux de la FOSE 2018, des organisations de la société civile et des professionnels des médias les 20 et 22 novembre 2018 à Notsè et à Kara.

C’est aussi le lieu d’exprimer notre satisfaction à tous les experts et personnes ressources qui nous ont accompagnés et dont les apports resteront toujours des sources intarissables de connaissances et de savoir-faire pour le personnel de la Force.

Que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) trouve ici l’expression de mes sincères remerciements pour toutes les facilités et l’oreille attentive dont bénéficie la Force auprès de son Président et de l’ensemble de ses membres. Tout ceci se traduit d’ailleurs par des rapports confiants et une franche collaboration que nous apprécions à leur juste et grande valeur.

A tous le personnel de la FOSE 2018, j’exprime ma grande satisfaction pour l’assiduité, le professionnalisme, la bonne conduite et la discipline dont vous avez fait preuve au cours des phases précédentes de formation et surtout de sécurisation des opérations de recensement électoral. Pour vous avoir suivi de très près depuis la création de la Force, je n’ai aucun doute sur notre capacité et notre détermination à réussir cette délicate mission que le Chef de l’Etat, tout le Gouvernement et le peuple togolais nous a assignée.

Messieurs les Ministres et chers Collègues ;

Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ;

Distingués Invités ;

Mesdames et Messieurs.

Il n’est point besoin de rappeler que l’évènement qui nous réunit ce matin est d’une importance vitale pour mon département en cette période où notre pays se prépare à franchir un pas de plus dans sa quête de consolidation de ses acquis démocratiques. En effet, il n’est plus un secret pour personne que dans la plupart des pays africains, les périodes électorales sont des moments privilégiés d’exacerbation des tensions et violences de tous genres.

Le Togo, malheureusement et ce, jusqu’à un passé récent, n’a pas échappé à cette triste réalité étant entendu que la vie politique nationale et surtout la plupart des processus électoraux ont été souvent émaillés de violences.

Face à ce passé très peu glorieux et pour rompre avec le spectre infernal d’incertitudes, de climat de méfiance et de sentiment de peur réel ou supposé qui hantent les esprits dans ces périodes sensibles que sont les élections, le Président de la République, Son Excellence, Faure Essozimna GNASSINGBE, a voulu et initié, de concert avec l’ensemble des acteurs politiques de notre pays, un nouveau concept de sécurisation de nos élections.

Dans cet ordre d’idée et à la faveur de la volonté politique ainsi clairement affichée, toutes les dispositions sont dorénavant prises pour sécuriser tous les processus électoraux à travers la création d’une Force intégrée spécialement dédiée à cette fin. Ce fut déjà le cas pour les élections législatives de 2007 et 2013 puis de l’élection présidentielle de 2010 et 2015.

Les différentes forces qui ont été créées pour la circonstance ont permis d’organiser des élections apaisées, sans violence et bien sécurisées à la très grande satisfaction de tous les acteurs politiques nationaux, de la communauté internationale et surtout de nos populations.

En un mot, on peut affirmer de nos jours avec une grande fierté que notre pays a, avec ce nouveau concept de sécurisation des élections, trouver la solution pour éloigner définitivement le spectre de la violence en période électorale.

Fort des succès passés de ce nouveau concept de sécurisation des processus électoraux au Togo, il a été créé, par décret N°2018-131/PR du 28 août 2018, en Conseil des Ministres, la Force Sécurité Election (FOSE) 2018. Depuis lors, tout le monde s’est mis à l’œuvre et un grand travail a été fait, avec le précieux concours de nos partenaires dont le soutien ne nous a jamais fait défaut, pour rééditer l’exploit des années passées.

Nous tenons à rassurer l’ensemble de nos populations que, nonobstant la tension politique ambiante depuis le 19 août 2017 et la volonté de boycotter, ces élections exprimées par une partie de l’opposition, toutes les dispositions sont prises pour permettre à la FOSE 2018 d’assurer avec efficacité l’ensemble de ses missions.

Je profite alors de l’opportunité que m’offre la rencontre de ce matin pour exprimer mes sincères remerciements à tous ceux qui ont aidé à faire de la Force ce que nous allons découvrir dans quelques instants.

Il est bien vrai que cette mission qui nous est assignée n’est pas nouvelle comme le témoignent nos expériences des élections de 2007 à 2015. Certes, à voir le travail de préparation et de formation qui a été abattu depuis sa création, nous sommes convaincus que la FOSE 2018 est bien entraînée et bien outillée pour faire face à l’ensemble des missions qui lui incombent.

Cependant, nous devons garder à l’esprit que chaque élection comporte des enjeux nouveaux et constitue un défi majeur.

Même si nous sommes conscients de la délicatesse de la tâche qui nous attend, il nous appartient de nous acquitter de celle-ci avec professionnalisme afin que nos concitoyens se reconnaissent dans la FOSE 2018 et trouvent en elle une force qui les rassure et les protège quels que soient leurs appartenances politiques.

Pour ce faire, j’invite également l’ensemble des acteurs ici présents à faire confiance à la Force Sécurité Elections 2018 qui se mettra en permanence et en toute neutralité à la disposition de tous.

C’est le lieu de rappeler que le premier objectif du Gouvernement, en mettant en place cette Force, suivant le modèle et le schéma des précédentes, est en plus de la consolidation des acquis des années passées, de tout mettre en œuvre pour garantir la tranquillité et la quiétude auxquelles aspirent tous les acteurs impliqués dans le processus des prochaines élections et nos populations.

Mon département, à travers la FOSE 2018, entend jouer pleinement sa partition pour garantir un processus électoral apaisé et sans violence non seulement, par des actions de prévention mais aussi et au besoin, par le maintien et le rétablissement de l’ordre public.

Pour terminer mon propos, je voudrais rassurer tous les candidats, les partis politiques et les autres acteurs impliqués dans ces élections du 20 décembre prochain que la FOSE 2018 et toute la hiérarchie est à votre service et vous pouvez lui faire confiance.

Enfin, mon vœu le plus ardent est qu’à la fin de ce processus, on puisse tous se féliciter de ce que toutes les phases se sont déroulées sans violences, dans un climat apaisé et de confiance mutuelle.

C’est sur cette note d’espoir que je déclare ouverte la présente session de présentation de l’ordre d’opération de la Force Sécurité Elections (FOSE) 2018. Vive la Force Sécurité Elections 2018. Que Dieu bénisse le Togo.

Je vous remercie. »

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *