Médias

Mme Cina LAWSON, la stratège qui joue à la sainte nitouche.

Dossier TOGOCOM : Les télécommunications divisent les médias

Depuis l’annonce de la création de TOGOCOM, les Togolais ont observé un véritable déchainement médiatique autour du projet.

Au Combat du Peuple, nous avons pris, dès l’entame, fait et cause pour la création de la Holding TOGOCOM. Nous avons ainsi publié un article, même si c’est sur intéressement, pour soutenir la transformation envisagée.

Mais, très vite, nous avons découvert l’opacité qui entoure ledit projet de transformation. Pire, nous avons constaté que Mme Cina LAWSON qui pilotait ce Département depuis sept (7) ans se comporte en sainte nitouche. Et pourtant, c’est sous sa tutelle que tout s’était écroulé. Nous ne pouvons continuer à la supporter, la tête baissée, sans chercher à en savoir plus. Et c’est ce que nous avons fait.

En effet, l’honnêteté morale et intellectuelle nous commande, en tant que journalistes, de nous en tenir aux faits, rien qu’au fait. Si, pour réussir la transformation, la Ministre doit se livrer au népotisme et à toutes sortes d’alchimie, nous ne saurons adhérer à cette démarche, parce que pour nous, ce qui compte, c’est l’intérêt général d’abord.

Nous avons, entretemps, décidé d’observer une pause concernant ce dossier devenu un tant soit peu polémique. Mais, nous ne saurons accepter que des journalistes stipendiés se permettent de s’attaquer à leurs confrères en les traitant, dans leurs colonnes, d’user des raisons absurdes et de se livrer à un acharnement insensé en violation des règles de la confraternité.

Ces journalistes qui se permettent de tels écarts de conduite doivent savoir que le problème de fond reste le naufrage de TOGOTELECOM version Bikassam. Cina LAWSON était déjà à la commande et avait assisté impuissante à l’écroulement d’une entité naguère florissante. Personne ne veut aujourd’hui parler de ce volet  occulté à dessein pour abuser l’opinion. TOGOCEL, selon nos informations, n’a jamais connu de faillite. Cette société était même devenue un sapeur-pompier.

Ce que nous tenons à souligner, pour les besoins de la cause, c’est que dans l’exercice de notre métier, nous faisons fi de nos sentiments personnels. Nécessairement, nous privilégions les faits. C’est notre crédo de toujours.

En réalité, personne n’est contre la transformation puisque Togotélécom ne répondait plus aux besoins de ses clients depuis de nombreuses années. Ce n’est donc pas la réforme qui est en cause. C’est plutôt l’approche un peu chevaleresque de Mme Cina.

Mme Cina LAWSON n’est pas une femme, ni une Ministre comme les autres. D’aucuns subodorent que ses liens avec le Chef de l’Etat la poussent à écraser tout le monde. Même ses collègues Ministres se méfieraient et ne voudraient pas oser la contrarier. Ça, c’est un fait sur lequel nous ne voulons pas nous appesantir mais qui est quand même répandu.

D’après nos informations, cette dernière aurait appelé récemment dans le dossier TOGOCOM un journaliste au téléphone pour le sermonner et lui interdire de citer dorénavant son nom dans son canard. Si cette allégation est vérifiée, c’est très grave parce que cet acte, s’il est avéré, violerait l’article 99 du Code de la presse et de la communication qui stipule :

« Constitue un délit d’entrave à la liberté de la presse et de la communication, tout fait ou action de nature à empêcher l’impression ou la libre circulation de la presse ou à empêcher le journaliste d’exercer librement son activité ».

Ce délit est puni d’amende devant les Tribunaux. Mme Cina LAWSON, sur son piédestal, méprise tous ses collaborateurs voire tous les Togolais. Pour elle, ce qui compte, c’est elle et elle seule, à une exception près, le Président de la République.

Les journalistes qui écrivent pour la défendre en soutenant qu’elle agit sous l’autorité du Chef de l’Etat ne comprennent rien aux grandes articulations du comportement de la Ministre. Les axes essentiels de ses réactions ne sont pas nécessairement du ressort quotidien du Président plus porté à donner les grandes impulsions qu’à jouer au surveillant.

Mme Cina est réputée se comporter comme une sainte nitouche. C’est son trait de caractère. Elle adore les faux-fuyants et les fuites en avant qui ne sont, en définitive, que des échappatoires pénalisantes en cas d’échecs. C’est son cas.

Quand un Ministre fait plus de sept ans à un même poste et accumule autant de déboires, il n’a pas d’excuse. Il est difficile de l’épargner.

Mme Cina LAWSON a la manie de se reposer sur des consultants et autres experts étrangers qui coûtent très chers à l’Etat togolais pour un résultat nul.

Aujourd’hui, on nous parle des partenaires qui auraient exigé les réformes. Qu’à cela ne tienne. Ce qu’il faut savoir, c’est que les partenaires n’interviennent pour imposer leur diktat que lorsque les choses ne marchent pas. Faire appel à des experts étrangers pour régler les problèmes africains a toujours été un fiasco et, en définitive, c’est les citoyens qui écopent.

Cina est notre sœur. Pourquoi veut-on que nous nous acharnons contre elle si elle ne pose aucun acte critiquable ?

Pourquoi dès le lancement en 2015 de la fusion, elle n’a pas parlé des exigences des partenaires.

Nous pensons sérieusement que la Ministre des Postes et de l’Economie numérique est victime de sa vision erronée de ce qu’elle appelle l’intelligence supérieure parce qu’elle n’appréhende pas convenablement les situations à l’aune des réalités du terrain.

Dans un tout autre registre, nous demandons à l’OTM d’être en mesure d’anticiper pour éteindre les incendies dès que les premiers signes se manifestent.

Le débat contradictoire est le propre de la démocratie et de la liberté de la presse. Parler de raison absurde et d’acharnement insensé c’est exonérer Mme Cina LAWSON dont le bilan est difficilement défendable. Dans ce cas, nous sommes obligés de revenir à la charge autant de fois qu’il le faut pour expliquer notre position.

Rodrigue

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *