Actualités

Le parti UNIR désormais en ordre de bataille

1er Congrès statutaire de UNIR : Faure GNASSINGBE bat le rappel de ses troupes

Créé il y a cinq ans, l’UNION POUR LA REPUBLIQUE (UNIR) vient d’organiser les 28 et 29 Octobre 2017, à Tsévié, dans la Préfecture de Zio, son premier congrès statutaire à un moment où l’opposition exerce une forte pression sur le régime pour exiger ni plus ni moins le départ du Président Faure GNASSINGBE du pouvoir.

Cette exigence qui va au-delà des recommandations de l’Accord Politique Global (APG) pose un problème de fond dans notre pays. Il s’agit de débattre de la légitimité républicaine et de la légalité constitutionnelle du Président de la République en exercice dont le mandat est toujours en cours.

Nous avons assisté à la cérémonie d’ouverture présidée par le Président du parti, M. Faure GNASSINGBE.

Contrairement au reportage de certains journalistes des médias internationaux toujours friands du sensationnel et qui ont parlé de liesse, cette cérémonie d’ouverture a été caractérisée par une ambiance soft. Les congressistes, dans une discipline admirable, ont accueilli le Président de leur parti de façon subliminale. On comprend que nous sommes loin, très loin des grand-messes du RPT. Ici, tout est fait sur mesure. L’organisation est sobre et bien conduite. On sent un arrière-goût de responsabilité et une économie d’énergie en raison du contexte actuel.

Le Président s’est adressé de manière brève aux militants pour les remercier et les appeler à l’union. Le discours d’ouverture proprement dit a été lu par le Premier Ministre M. Sélom Komi KLASSOU après son départ.

Le lendemain, au terme des travaux, au cours de la cérémonie de clôture, il est manifestement apparu que UNIR s’est donné un nouveau souffle.

Le Président qui n’était pas physiquement présent, a voulu imprimer sa marque valorisante en resserrant les rangs de ses militants autour de sa personne face aux défis et aux enjeux de l’heure.

Dorénavant, tout porte à croire que le parti UNIR est en ordre de bataille.

La preuve, à la clôture du congrès, le mot crise n’a été utilisé nulle part. En revanche, le parti s’est décerné un autosatisfécit pour ses succès électoraux de 2013 et 2015. Tout un signe qui ne trompe pas.

Pour les militants de UNIR les manifestations de l’opposition destinées à provoquer une crise politique dans le pays, est un non-événement. UNIR est résolument tourné vers l’avenir. Les acteurs politiques de tout bord doivent tenir compte de cette donne.

Le paradoxe de la dynastie des GNASSINGBE a été passé en compte perte et profit.

Tous les observateurs de la scène politique doivent retenir une chose. Le Président Faure GNASSINGBE fera ses réformes contre vents et marées, à son rythme et ne se laissera pas distraire.

Le congrès de son parti UNIR est venu à point nommé pour resserrer les rangs autour de ses objectifs de développement économique et social.

Le nouveau bureau annoncé mais encore partiel, a été présenté au cours de la cérémonie de clôture le 29 octobre 2017. Le rapport général a été présenté aux congressistes après l’arrivée du représentant du président du parti, M. Selom KLASSOU. Ensuite, les membres du nouveau bureau ont été dévoilés. En effet, selon les statuts et le règlement intérieur nouvellement adoptés, il a été convenu de l’élection de plusieurs vice-présidents pour aider le président du parti, Faure GNASSINGBE, reconduit dans ses fonctions. Le rôle des vice-présidents est de favoriser une proximité dans la gestion de la mise en œuvre des directives du parti UNIR ainsi que la décentralisation des responsabilités du parti.

Le nouveau bureau se compose comme suit :

Président : Faure GNASSINGBE

Vice-président de la région des Savanes :  Taïrou BABIEGUE

Vice-président de la région Centrale : Affo ATCHA-DEDJI

Vice-président de la région des Plateaux : Atigbe Yaovi IHOU

Vice-président de la région Maritime : Kodjo ADEDJE

Vice-présidente de la zone Agoè-Nyivé ( Lomé) : Mme Ibrahima MAIMOUNATOU

Secrétaire exécutif : Aklesso ATCHOLE

Trésorière générale : Mme Yawavi Dzigbodi TSEGAN

Le congrès a, par ailleurs, donné mandat au président du parti de désigner, en tenant compte du genre, deux vice-présidents complémentaires.

NDLR : Dans les couloirs du congrès, les deux vice-présidents en question seraient ceux de la région de la Kara et du grand Lomé.

Compte tenu de cette configuration du bureau du parti UNIR, nous sommes fondés de dire qu’il s’agit d’un congrès de restructuration et de décentralisation.

Contrairement à ce qu’on a observé dans le passé au sujet du RPT, un parti-Etat rigoureusement centralisé, UNIR opte pour le mouvement contraire. C’est une bonne chose qui augure d’un avenir plus démocratique pour le pays.

 

Rodrigue

 

Related Posts

  1. K.A. SALIFOU says:

    Le parti UNIR est très bien structuré aujourd’hui. Les militants à la base doivent se retrousser les manches pour travailler en bonne intelligence avec les vices présidents régionaux. Ces derniers ont l’obligation de mouiller le maillot sur le terrain car rien n’est encore définitivement acquis. Le parti gagnerait à s’ouvrir davantage à tous les Togolais et en œuvrant inlassablement pour la cohésion social et le développement économique inclusif. Dieu fait tomber la pluie partout. UNIR fera profiter les fruits de la croissance à tous les Togolais. Que Dieu bénisse le Togo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *