Politique

Le tribun à imagination exaltée, Tikpi ATCHADAM, dans ses œuvres.

Politique : La problématique des marches populaires au Togo

Il est notoire que la nature a horreur du vide. Nous n’apprenons rien aux Togolais en le répétant. C’est pourquoi ce qui se passe aujourd’hui nous paraît un scénario prévisible.

Comme dirait l’autre, à chacun, selon ses capacités ; à chaque capacité ses œuvres.

Si les mobilisations et marches populaires pouvaient résoudre le problème politique au Togo, ce serait chose faite il y a belle lurette.

La preuve, depuis le début du processus démocratique en 1990, personne ne peut faire la comptabilité exacte des marches et meetings organisés pour venir à bout de la dictature au Togo. Néanmoins, EYADEMA, malgré toutes les péripéties et vicissitudes, a survécu aux différentes vagues de tempêtes politiques jusqu’à son décès, à 10.000 m au-dessus de la Tunisie, dans son avion qui le conduisait en Israël pour recevoir des soins.

L’UFC, sous l’égide conjointe de Gilchrist OLYMPIO et de Jean-Pierre FABRE, n’avait pas baissé la garde.

Les marches se sont succédées les unes après les autres pour des résultats finalement mitigés. Faure GNASSINGBE qui a succédé à son père dans des circonstances controversées en 2005, a traversé tous les ouragans pour se faire réélire honorablement en 2010.

Ne l’entendant pas de cette oreille, FABRE a systématisé les marches tous les samedis pour obtenir le départ de Faure GNASSINGBE par la rue pendant tout le quinquennat. En vain.

De fil en aiguille, FABRE est devenu en 2015, le chef de file de l’opposition. Et au lieu d’innover et de changer de stratégie, il a continué dans le même registre avec les mêmes exigences lassantes. Dans l’opinion, la versatilité s’installe. C’est alors que surgit le troisième larron qui vient de consacrer l’annonce du déclin de FABRE et lui ravir le monopole de la contestation tous azimuts et de la violence.

Le phénomène Tikpi ATCHADAM, sorti de nulle part, a connu une ascension fulgurante et est devenu un concurrent sérieux de FABRE qu’il est en train de battre sur son propre terrain. Celui de la mobilisation et de la violence verbale.

Et pour cause, Tikpi ATCHADAM a une base ethnique solide dont il est issu. Et cette ethnie, à l’esprit grégaire, selon les observateurs, est prête à en découdre.

Dans cette perspective, nous pouvons dire que le diable se cache dans les détails.

Le tribun à imagination exaltée a de quoi tenir et séduire. Il a un discours plus captivant, teinté d’une forme d’islamisme en direction des siens qui sont réceptifs et prêts à mourir pour lui parce qu’il se passe maître en incantation, en invectives, en surenchère, en dénigrement, bref un tout explosif pour agir sur l’émotion sœur jumelle de l’illusion.

Dans sa mission imprécatoire, il est en train de damer le pion à FABRE sur le terrain de la diabolisation du pouvoir. Il a l’avantage de ne pas trainer de casseroles et de ne pas avoir à son passif les échecs de FABRE.

Beaucoup ne voient pas l’enjeu qui est l’élimination politique de FABRE.

Pour nous, la question reste posée : Tikpi ATCHADAM est-il en mission commandée ? Si oui, il est au service de quelles forces ? Et de quelle cause ? Envisage-t-il sérieusement de devenir Président de la République ? N’est-ce pas un peu osé ? La suite nous édifiera. Pour l’instant, nous n’irons pas vite en besogne pace que le tout dépend du rapport des forces.

Peut-on alors parler d’un nouveau positionnement pour les échéances électorales futures ? C’est possible et même envisageable.

Dans ce cas, la bataille aboutira une fois de plus, à l’émiettement total de l’opposition.

La passe d’arme entre Tikpi ATCHADAM et le pouvoir est donc dans l’ordre des choses parce qu’au Togo le meilleur opposant, c’est le chantre de la violence face au régime. FABRE a trouvé garçon sur son chemin. Et la suite risque d’être palpitante.

Nous ne sommes que des observateurs. Nous ne sommes pas des juges. Cependant, nous condamnons vivement la violence sous toutes ses formes.

Ceux qui s’opposent à la légalité en évoquant leur droit de manifester ne sont pas démocrates. Ils sont des hors-la-loi. Sur les réseaux sociaux, on dénonce pêle-mêle et on condamne les réactions disproportionnées des forces de sécurité. Qu’à cela ne tienne.

Aujourd’hui, le monde est devenu un véritable village planétaire. Nous voyons tous les jours ce qui se passe aux USA, en Allemagne (Hambourg) et en France en matière de répression des manifestations violentes. Le Togo ne doit pas faire exception à une règle unanimement admise dans les pays à vielles traditions démocratiques.

Nous disons seulement que ceux qui ont choisi de mourir pour la constitution de 1992 ont sacrifié leur vie pour rien. Parce que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Pour notre part, nous observons. C’est notre métier.

Tikpi ATCHADAM est donc venu trop tard dans un monde trop vieux. Il doit le savoir et éviter certaines dérives pour ne pas perdre son éclat.

 

Rodrigue

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *